Entrepreneur. Educator. Influencer.

Thursday, 25 March 2021

Un jour, un indépendant - fin de la campagne


La campagne  #unjourunindependant touche aujourd’hui à sa fin. 

Je l’ai démarrée dans un contexte de détresse pour beaucoup d’indépendants du Luxembourg à cause de la décision unilatérale du gouvernement de fermer leurs activités professionnelles sans toutefois leur permettre l’accès à un revenu de remplacement mensuel comme le chômage partiel. Cette décision de les priver d’un travail sans aucune compensation en retour est d’autant plus paradoxale que les indépendants cotisent à la CNS la part de l’employé de 12,5% + la part de l’employeur de 12,5%, donc devraient avoir au moins les mêmes droits de protection sociale que les salariés.

En mai 2020, La Chambre de Commerce avait fait des propositions de relance économique au gouvernement. Parmi ces mesures proposées se trouvait l’alignement du système de sécurité de sécurité des indépendants avec celui des salariés. Cette mesure, demandée déjà il y a une quinzaine d’années par la Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprises que j’ai co-fondée en 2004, n’a malheureusement pas été retenue par le gouvernement en 2020 comme mesure concrète de relance économique.

C’est dans ce contexte que le 11 janvier passé, après consultation avec quelques indépendants et députés, j’ai lancé la Pétition 1756 intitulée Justice sociale pour les indépendants dans laquelle je demandais principalement l’alignement du système de sécurité de sécurité des indépendants avec celui des salariés.

Depuis ce matin il n’y a plus de possibilité de signer la pétition. Résultat : 1471 signatures récoltées, soit 33% des 4500 signatures nécessaires pour qu’un débat publique puisse avoir lieu à la Chambre des députés.

Je tiens à remercier les signataires pour leur soutien et aussi pour le partage de mes publications journalières qui ont permis de découvrir la diversité des profils d’indépendants qui existent au Luxembourg, tous couverts par le statut unique d’indépendant. 

Je tiens à remercier tout particulièrement Eva Ferranti, Rachel Treece, Virginie Huvelle, Léa Sitbon et la Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprises et aussi la presse qui a relayé nos messages.

Malgré le fait de ne pas avoir récolté les 4500 signatures, j’estime que cette campagne est un succès dans notre petit Luxembourg. 


En guise de conclusion:

- Le risque de pauvreté des indépendants est plus de 2 fois plus élevé que celui des salariés et les recherches internationales montrent une tendance claire: le nombre des indépendants ne cessera de croître. Aussi, le statut d’indépendant doit continuer à être sur la table de discussion du gouvernement, une adaptation y est absolument nécessaire;

- Il faut fédérer les indépendants dans une union qui puisse les représenter et porter leur voix dans les négociations avec le gouvernement. Une association créée l’année passée avait donné l’espoir d’une démarche dans ce sens; hélas, personne n’a reçu une réponse à la demande d’adhésion envoyée en mai-juin 2020, ce qui pose un problème de représentativité et crédibilité;

- Les indépendants portent mal leur nom. Cette soi-disant "indépendance" est très souvent mise en avant afin de vanter l’entreprenariat. Mais un indépendant est-il réellement indépendant ? Ce statut que beaucoup envient est trop souvent méconnu et mécompris, y inclus par notre gouvernement. Une démarche de démystification s'impose. 

Découvrez l’article “L’indépendant est-il véritablement indépendant ? 5 mythes autour du statut d’indépendant” 

et les IPods proposés sur Contresens.lu.


Courage à tous et bonne reprise!

Share:

No comments

Post a comment

Blogger Template Created by pipdig